Sophie la Girafe face à la crise et au Bad Buzz

Sophie la Girafe face à la crise et au Bad Buzz

girafe

Jouet emblématique sur le marché de la puériculture et distribué dans 70 pays, Sophie La Girafe est une marque forte qui a été bousculé le 17 janvier dernier.
Une dentiste pédiatrique américaine, s’inquiétant d’une odeur nauséabonde dégagée par la valve du jouet, ouvre en deux la girafe et découvre de la moisissure à l’intérieur.
Les photos sont publiées en ligne, le bad buzz international est instantané sur les réseaux sociaux.

Les bons réflexes du fabricant
· Le fabricant français Vulli réagit rapidement sur les réseaux sociaux via Facebook.

· Le fabricant décline ses messages sur l’ensemble de ses pages Facebook, pays par pays.

· La marque rappelle avec grande précision les conditions d’utilisation, d’hygiène et de nettoyage du jouet.

Ce que Vulli aurait pu faire
· Témoigner de l’empathie auprès des parents face à l’émotion suscitée.

· S’éviter un langage parfois très scientifique qui n’est pas forcément approprié au grand public.

On notera que
Le fabricant ne semble pas souffrir de cette crise en France et est appuyé par deux relais importants.
Les parents eux-mêmes se font les ambassadeurs de l’entreprise sur les réseaux sociaux en défendant avec véhémence Sophie La Girafe.
La Grande Récré, l’un des principaux distributeurs du fabricant, valorise le jouet et affirme que les ventes n’ont pas été impacté.

En conclusion
Bien gérée une crise peut être indolore pour le business et même révéler la force de la marque.

No Comments

Post a Comment