juin 2021

  • Sort Blog:
  • All
  • Articles
  • Edito
  • L'oeil de l'expert
  • Le saviez-vous ?
  • Nos actus
  • Nos analyses

La Class Action : une menace réelle ?

http://alphastockimages.com/

Une class action ou plus communément appelée : action collective est une défense groupée. Cette action a été mise en place en France en 2014 suite à la loi Hamon du 17 mars. La première class action a eu lieu aux Etats-Unis en 1947 suite à l’explosion du navire SS Grandcamp. A l’issue de cette explosion, une plainte collective a été déposée à l’encontre du gouvernement fédéral par 8485 personnes.

Celle-ci peut être commanditée par des personnes physiques ou morales ayant subi un préjudice économique, matériel, et/ou corporel par une même personne. Cette personne, l’accusée a commis un manquement de même nature à ses obligations légales ou contractuelles. Cette démarche permet aux demandeurs d’obtenir réparation devant la justice. Un avocat gère conjointement les procédures individuelles de chaque plaignant.

Dans quelles circonstances peut ont attenter une class action en France ?

  • Au moins 2 personnes doivent estimer avoir subi un préjudice résultant d’un même manquement d’un professionnel ;
  • Seules les associations nationales agréées de défense des consommateurs ( CNAFAL, CNAFC, CSF, Familles de France, UNAF, AFOC, CNIL…) peuvent agir et introduire en justice une action de groupe ;
  • L’action de groupe vise à réparer un préjudice matériel pour des litiges relevant de la consommation ou de la concurrence.

La class action française en chiffres :

  • 12 class actions lancées depuis 2018 dans le secteur de la consommation.
  • 15 acteurs nationaux agréés pour mener les démarches d’action de groupe.
  •  50 000€ de fonds de lancement de procédure en moyenne (frais d’avocats, temps de travail, suivi des consommateurs…)
  • 6 domaines d’application de la class action
  • 2 à 4 ans de procédure en moyenne.

© CAPITAL

Exemples de class action en cours en France :

  • UFC -Que Choisir contre Canal + : le 27 avril 2021, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir a lancé une class action contre Canal +. En 2017, la chaîne avait appliqué une augmentation du prix de l’abonnement sans demander l’accord de ses clients. Même si le groupe a payé une amende de plusieurs millions, la plupart des abonnés concernés n’ont pas été informés de ce prélèvement ni de leur droit à être remboursé. UFC-Que choisir a donc lancé cette action pour que les abonnés puissent bénéficier d’une réparation.
  • V pour verdict contre les assureurs : À cause de la Covid-19, de nombreux commerçants ont été contraints de fermer leur établissement. Cependant, bon nombre d’entre eux ont souscrit une assurance perte d’exploitation. Malgré cette garantie, certains assureurs refusent d’indemniser les commerçants au motif qu’une pandémie n’est pas prévue dans le contrat.

Quels sont les domaines d’application de la class action ?

En novembre 2020, une nouvelle directive européenne a été approuvée. Celle-ci change les dimensions de la protection des intérêts collectifs des consommateurs. Grâce à cette nouvelle directive, deux consommateurs situés dans des pays différents de l’Union Européenne pourront saisir une entité qualifiée afin de les représenter et d’engager une action de groupe devant une juridiction d’un État membre de l’Union européenne. Il est également possible, pour éviter toutes dérives de créer un « perdant payeur » en vertu duquel la partie perdante rembourse les frais de procédure à la partie gagnante.

Quels sont les enjeux et les impacts de la class action pour les entreprises ?

Pour les entreprises, une class action peut avoir des conséquences :

  • Économiques : cela peut engendrer une fragilisation de sa position concurrentielle, un risque de faillite et une perte de compétitivité.
  • Médiatiques : l’entreprise peut subir un chantage judicaire et les menaces de procès sont très souvent relayées par les médias, ce qui peut rapidement entacher la réputation de l’entreprise.
  • Réputationnelles : comme mentionné précédemment, la pression médiatique va impacter l’image de l’entreprise.

Malgré un commencement prometteur, la class action à la française n’est pas un franc succès. En effet, même si l’importation de ce concept américain présageait un nouveau tournant pour les droits de consommateurs, plusieurs failles ont freiné son bon fonctionnement. Tout d’abord, les procédures sont extrêmement longues (parfois plusieurs années) et le financement nécessaire est souvent trop élevé pour les associations agréées. Par ailleurs, rares sont les class action qui ont abouti à une indemnisation.

L’anticipation : le cœur de la gestion de crise

© <a href=’https://www.freepik.com/photos/business’>Business photo created by tirachardz – www.freepik.com</a>

« Prendre les devants sur une situation future pour limiter les impacts négatifs »

En gestion de crise, l’anticipation fait référence à la capacité d’imagination de scénarios défavorables sur l’évolution d’une situation. Anticiper l’évolution d’une crise grâce à la construction des scénarios en considérant toutes les dimensions de celle-ci (RH, juridique, financier, opérationnel, réputationnel, IT etc.) permet de construire un plan d’action pertinent.

Dans notre monde volatile, incertain, complexe et ambigu, être en mesure « d’imaginer des scénarios futurs » est une qualité recherchée par les organisations pour faire face aux crises. Cette qualité s’acquiert grâce à de la méthode, au partage de la vision, au suivi des temporalités de la crise et à l’entraînement.

Dans la gestion de crise, l’incertitude fait partie du lot de tous les jours. Cependant, nous pouvons tenter de prendre les devants en anticipant les risques. L’anticipation est le seul moyen de garder une longueur d’avance et d’imaginer comment une situation peut empirer. Elle permet de garder une marge d’erreur, un temps pour se préparer, cartographier les parties prenantes, les dangers, et ce, dont on aura besoin pour remédier à la crise.

L’importance de l’anticipation réside principalement dans la préparation. En effet, de nombreux chefs d’entreprises ne voient pas les crises arriver. Il est parfois difficile de voir au-delà et d’imaginer que quelque chose pourrait mal tourner. Dans ces situations, les conséquences peuvent être catastrophiques :

  • Mauvaise gestion de la crise
  • Communication bancale
  • Manque de coordination entre les membres de l’équipe
  • Enregistrement imprécis des actions prises, des informations prises par manque d’anticipation des outils nécessaires : logiciels dédiés à la gestion de crise, mind mapping, white board…

Afin d’éviter ces conséquences, il y a 4 grandes thématiques à appliquer qui permettent de développer la capacité d’anticipation :

  • Organiser une veille active : celle-ci permet de se tenir informé des évolutions de l’entreprise, de son environnement, des signaux faibles … Afin d’avoir un coup d’avance en permanence.
  • Définir un plan de crise : il permet de savoir ce qu’est une crise, comment s’organiser en interne pour affronter la situation, de savoir quels sont les membres de sa cellule, d’identifier les scenarios défavorables pour adapter les prises de décisions.  
  • Se former et s’entraîner pour réagir aux imprévus avec plus d’agilité : formations méthodologiques, media training, exercices pratiques, simulations…ce panel  permettra aux membres de la cellule de crise et aux portes-parole de développer les réflexes, et l’agilité nécessaire quand une crise survient.
  • Maîtriser et savoir manier la communication de crise : la communication de crise est un atout important de la gestion de crise car elle vient accompagner le processus et les actions mises en place par la cellule de crise pour les diffuser vers les parties prenantes avec le bon timing. Bien utilisée, elle permet d’éviter les sur-crises qui surviennent parfois même si la gestion opérationnelle de la crise a été bien faite.

L’entreprise doit penser à toutes les situations susceptibles de provoquer une crise et de s’y préparer dans le but d’agir plutôt que de réagir, anticiper plutôt que subir.  Concrètement, anticiper permet d’être capable de se mobiliser sans délai en cas de crise à chaud et les bonnes pratiques à appliquer durant les exercices de crise « à froid ».

C’est pourquoi se préparer à gérer d’éventuelles crises est primordial pour ne pas être désarmé lorsqu’elles se produisent. Mesurer les risques, élaborer des plans d’anticipation, planifier des exercices d’entrainements, sont des éléments essentiels pour diminuer les conséquences éventuelles de la crise. L’ajustement des procédures, des méthodes et des outils ou la mise en place de ceux manquants ainsi que la formation et l’entraînement des équipes doivent permettre à l’organisation de mieux anticiper et se préparer pour des crises futures.

Le pari risqué d’Axa : Axa suspend sa garantie cyber-attaque !

Le contexte

En 2020, l’ANSSI rapporte une hausse de 255% des attaques par rançongiciels par rapport à 2019. En réponse à cette augmentation, les assurances ont développé des assurances cyber dédiées aux entreprises victimes de cyberattaques ou en prévision des risques de cyberattaque. C’est ainsi que l’assureur Axa a créé une assurance Cyber-risques s’adressant à tout type d’entreprises et leur permettant de bénéficier d’une couverture complète ainsi que d’un accompagnement en cas de crise. Des assurances telles que April, Hiscox, Allianz ou encore MMA proposent également des assurances dédiées aux risques cyber.

Les faits

Malgré le nombre d’assurances cyber existantes sur le marché, Axa France est la seule assurance à avoir suspendu début mai 2021 l’option « cyber rançonnage » de son assurance Cyber Secure, disponible aux entreprises depuis mi-2020.

Cette décision a été prise suite à une audition au Sénat du 15 avril 2021, au cours de laquelle le parquet de Paris et l’ANSSI ont émis certaines critiques à l’encontre des assureurs et notamment sur le « jeu trouble de certains assureurs ». En effet, les assureurs favorisent le paiement de la rançon au détriment de l’indemnisation prévue par leur assurance. Cette pratique serait, en effet, moins coûteuse aux assurances que le paiement des indemnités à la suite d’une attaque par rançongiciel. Le paiement des cyber rançons par les assureurs est un sujet vivement discuté, notamment sur les réseaux sociaux.

Par ailleurs, selon l’assureur Hiscox, en matière de paiement des cyber rançons la France se place parmi les pays qui payent le plus les rançons derrière l’Allemagne et les Etats-Unis.

Axa victime d’une cyberattaque à la même période

Le 16 mai, Axa annonce avoir été victime d’une cyberattaque par rançongiciel dans une de ses filiales en Asie où trois téraoctets de données sensibles auraient été volés. Les activités de l’assureur ont été impactées en Malaisie, aux Philippines, en Thaïlande ainsi qu’à Hong Kong. Le groupe Avaddon qui a revendiqué cette attaque a mis fin à ses activités le 11 juin dernier en fournissant les clés de décryptage correspondant aux attaques perpétuées dans différentes entreprises. Toutefois, selon le Financial Times, la cyberattaque aurait eu lieu avant l’annonce de la suspension de la garantie cyber faite par l’assureur.

Recommandations en cas d’attaque par rançongiciel

Le paiement de la rançon encourage les activités des hackers et va à l’encontre des recommandations faites par le gouvernement qui préconise autant que possible le non-paiement des rançons en cas de ransomware. Cette recommandation gouvernementale est d’autant plus importante que le paiement de la rançon n’implique pas automatiquement la restitution et récupération des données. En effet, selon une étude réalisée par Sophos sur l’état des ransomwares en 2020, 26% des victimes ont pu récupérer leurs données par le simple paiement de la rançon tandis que 56% des victimes ont pu récupérer leurs données par le biais de sauvegardes. Dans les autres cas, la récupération des données a été impossible.

Le non-paiement de la rançon reste une pratique fortement recommandée, le contraire signifierait céder aux hackers et inciter des récidives.

Reste à voir si le gouvernement et les autres assureurs vont suivre le mouvement initié par Axa !

Blocage du canal de Suez – Ever Given

Conséquences du blocage du canal de Suez à court et long terme, ou comment la pluralité de la compétence juridique a rendu la gestion de cette crise particulière.

Contexte :

Dans la nuit du 23 au 24 Mars 2021, le canal de Suez a été bloqué par le porte conteneur « Ever Given » battant pavillon panaméen et loué par la société taïwanaise « Evergreen Marine ». Le cargo de 400 m a dévié de sa trajectoire, et s’est retrouvé coincé avec une extrémité creusée dans la terre du côté du canal. Le blocage de cette route commerciale stratégique entre l’Europe et l’Asie Pacifique a eu des conséquences à court et long terme. Le canal de Suez voit en effet passer 10% du commerce maritime international selon des experts.

Très rapidement, une longue file d’attente de bateau va se former : au large du port Saïd, 29 bateaux sont bloqués le 24 mars, 79 bateaux le 26 mars. Ces chiffres montent vite : le 28 mars, plus de 300 navires se retrouveront bloqués sur les différentes sections du canal de Suez (aux entrées Nord et Sud, ainsi que dans le système du canal sur le grand Lac Amer) avant d’atteindre un nombre maximal de 422 navires bloqués.

La durée de l’opération de renflouement du navire a été floue pendant plusieurs jours et les estimations incertaines ; une date de sortie de crise était difficile à envisager au vu du périmètre flottant et aléatoire. Plusieurs tentatives de renflouement ont été menées afin de remettre le navire à flot. L’Amiral Ossama Rabie, le Chef de l’Autorité Égyptienne du canal de Suez qui communiquait quotidiennement sur l’avancée des travaux, a affirmé que près de 14 remorqueurs étaient mobilisés. La société néerlandaise Smit Salvage a été mandatée par l’exploitant du navire, afin de procéder à sa remise à flot.

Tous les ingrédients de la crise sont réunis : la multiplication des victimes autant sur le plan financier que juridique, le lieu est symbolique, la notoriété de l’entreprise prend un coup de fouet, les détournements humoristiques sur les réseaux sociaux sont faciles, les images parlent d’elles-mêmes et l’effet boule de neige est garanti. Pendant plusieurs jours, cette photo du container aux grandes lettres blanches occupe tous les médias.

La multiplication des « victimes »

En période de crise, les victimes ne sont pas toujours celles que l’on croit : en plus des 300 bateaux à l’arrêt dans le canal, le blocage du canal de Suez a engendré des répercussions sur l’ensemble du trafic mondial et les stocks. Les principales victimes ont été les ports Nord Européens, bien loin du canal, déjà très impactés par la pandémie, qui ont subi une baisse de l’afflux des navires, mais aussi la hausse des prix de transport et la rupture des stocks de certains articles ménagers quotidiens tel que le papier toilette. Cette situation a accentué les rumeurs et les détournements sur les réseaux sociaux, alimentant ainsi un bad buzz autour de cette crise. Ce dont on peut être sûr, est que le blocage du canal pendant 6 jours a entraîné des retards de livraisons de pétrole et d’autres matières premières, avec une répercussion sur les cours de l’or. L’Égypte a perdu entre 12 et 14 millions de dollars par jour de fermeture du canal, et selon l’Autorité du Canal de Suez (SCA), un de ses employés serait mort durant le renflouage du navire.

Cette crise a poussé les entreprises victimes à trouver des solutions afin de ne plus être dépendantes non seulement de ce canal, mais aussi de marchandises provenant de la Chine. Un blocage de quelques jours a ébranlé les cours sur le marché boursier et a généré un impact géostratégique de certaines grandes puissances économiques.

Plusieurs parties prenantes sont impliquées dans cette affaire, à savoir :

  • L’entreprise japonaise Shoei Kisen Kaisha Ltd., propriétaire de l’Ever-Given
  • La société taïwanaise Evergreen Marine Corp. qui a loué le porte conteneur
  • L’autorité égyptienne du canal de Suez
  • La société Bernhard Shulte Shipmanagement basée à Singapour, qui assure la gestion technique du navire

Détournement sur les réseaux sociaux : la force des images et la viralité de l’humour

La gestion de cette crise par la SCA, et le caractère incroyable des images, a été tourné en dérision sur les réseaux sociaux. Les moyens déployés pour renflouer le navire semblaient insignifiants. Les internautes se sont donnés à cœur joie afin de minimiser les actions de l’Autorité du Canal de Suez pour remettre à flot le navire. Les milliers de memes et détournements qui circulent sur les réseaux sociaux médiatisent cette crise à des degrés insoupçonnés.

Les impacts pour Evergreen Marine

Les impacts pour Evergreen prennent une dimension financière d’importance : L’Égypte a dans un premier temps demandé un dédommagement de 900 millions de dollars au porte-conteneurs pour le préjudice subi. Ce montant a été revu à la baisse après que l’entreprise propriétaire ait informé que la valeur de la marchandise transportée était estimée à 750 millions de dollars. De ce fait, L’Amiral Ossama a déclaré à la télévision que l’État avait décidé de baisser le montant de l’indemnisation à 550 millions de dollars, L’assureur Allianz, a estimé chaque jour de mobilisation du navire, une perte entre 6 et 10 milliards de dollars au commerce mondial.

Sur le plan juridique, le fait que la propriété et l’exploitation du bateau soient séparées entre plusieurs compétences juridiques et frontières nationales rend très difficile la désignation d’un coupable.

Pendant cette crise, un casier médiatique s’est créé pour la marque et les impacts sur le long terme sont pour le moment difficilement chiffrables.  Malgré une communication de crise rapide de Evergreen Marine Corp., la médiatisation autour de cette affaire va ternir son image sur le long terme.

La communication d’Evergreen

Evergreen Marine Corp. a publié un communiqué concernant l’incident de l’Ever Given dans le canal de Suez, le 24 mars 2021 sur sa page officielle. Evergreen Marine a déclaré que « des vents violents de 30 nœuds ont fait dévier le porte-conteneur de son cap, ce qui aurait conduit à l’échouement du navire ».

La réaction de l’entreprise fut rapide et précise sur les faits. Dès le lendemain, un nouveau communiqué est publié :

Cette communication est bien calibrée : elle rassure les différentes parties prenantes sur les sujets qui leur tiennent à cœur (la sécurité des membres de l’équipage, la pollution, etc.), elle est pédagogue et précise sur les solutions mises en œuvre. Mais surtout, l’entreprise ne cherche pour le moment pas à se déresponsabiliser. Cependant, aucune marque d’empathie envers les victimes n’est décelée dans cette communication. Par la suite, cette recherche de coupable fait se heurter le temps juridique et le temps médiatique : Bernhard Schulte Shipmanagement, une société de gestion maritime responsable de l’Evergreen, a déclaré que des « vents forts » qui avaient affecté l’Égypte et une partie du Moyen-Orient à cette époque, étaient responsable de l’échouement du navire ; cependant, les 25 membres de l’équipage étaient sains et saufs et il n’y a eu aucune pollution ni dommage de la cargaison. Les propriétaires, une société japonaise du nom de Shoei Kisen Kaisha Ltd, ont également déclaré que le navire avait rencontré « un temps orageux » dans une autre déclaration. Les premiers rapports suggéraient aussi qu’il y avait une panne de courant sur le navire, mais Bernhard Schulte Shipmanagement a déclaré à l’Associated Press que « les premières enquêtes excluent toute panne mécanique ou moteur comme cause de l’échouement ». Ces faits n’ayant pas pu être certifiés, ils peuvent être pris comme une stratégie de désengagement des responsabilités par cette partie prenante. Le chef de l’Autorité du canal de Suez a quant à lui affirmé lors d’une conférence de presse, quelques jours après l’incident de l’Evergreen, que « d’autres erreurs humaines ou techniques ont aussi pu entrer en jeu ». C’est donc un jeu de ping-pong sur la cause de cet incident qui se joue entre les principaux protagonistes de l’affaire, ce qui n’est pas pour rassurer les différentes parties prenantes. La seule posture envisageable après ce type de polémiques est celle d’affirmer qu’une coopération totale avec les autorités compétentes pour enquête sera faite, et qu’il y aura en plus, une enquête interne.

La communication de crise de cet incident a été difficile à canaliser, car de très nombreux acteurs entraient en jeu. Afin de préserver leur réputation, le facteur météorologique a été mis en avant. Cependant, la communication auprès des parties prenantes externes a été presque inexistante, laissant place à la divulgation de rumeurs et de trolls sur les réseaux sociaux. La valeur d’une entreprise est liée aux relations de confiance qu’elle tisse avec ses parties prenantes. Les prochaines années nous apprendront comment, et si, Evergreen, qui est la société qui a été la plus citée, est capable de retisser ces liens.

Newsroom mars – avril 2021

CHAQUE MOIS EH&A CONSULTING VOUS ENVOIE SA NEWSROOM. AU PROGRAMME DE MARS – AVRIL 2020 :

L’oeil de l’expert

Des millions de data parties en fumée : comment OVHcloud a t-il géré cette crise ? lire l’article

La rencontre insolite d’Emmanuelle Hervé

L’anthropologie au service de la gestion de crise : lire l’article

Le saviez-vous ?

Les crises n’attendent pas la fin du Covid : Le B.A.-BA de la gestion de crise en ligne : lire l’article / voir le replay

On parle de nous

Interview d’Emmanuelle Hervé dans le magazine Le Journal du Village du Notaire : lire l’article

Emmanuelle Hervé dans le Security Live de Anews Sécurité
La communication de crise : quels enjeux ?

Intervention d’Emmanuelle Hervé pour les élèves du Master 2 Droit et Fiscalité de l’entreprise

Capital – Le coût caché des fake news 

Notre métier vu de l’intérieur

Le RETEX : lire l’article

Les nouvelles du cabinet

EH&A accueille deux nouvelles consultantes : Alexandra Wojtowicz et Amandine d’Hardemare

Un nouveau stagiaire et une alternante : Enguerrand Jourdier et Carla Le Guernevé

Nos webinars à venir

Destination RETEX : comment instaurer la culture du retour d’expérience après une crise ? Témoignage d’un pilote d’AIRBUS 320 et d’un amiral de la Marine

Faire de la crise une opportunité avec Bruno Marion

Nos webinars passés

Les crises n’attendent pas la fin du covid : voir le replay

Compliance et anti-corruption : en amont toute ! De la gestion du risque réputationnel et judiciaire. La certification ISO 37001 comme outil d’accompagnement ? voir le replay

Nos offres communes

AFRICA VERIFY : la première solution de filtrage dédiée à l’Afrique : site internet

Pour lire la newsletter complète, cliquez ici : https://mailchi.mp/1a0f72eb713f/eha-newsletter-marsavril-2021

Newsroom janvier – février 2021

CHAQUE MOIS EH&A CONSULTING VOUS ENVOIE SA NEWSROOM. AU PROGRAMME DE JANVIER – FÉVRIER 2020

L’oeil de l’expert

WhatsApp : What else ? par Frans Imbert-Vier : lire l’article

La rencontre insolite d’Emmanuelle Hervé

Rencontre avec Fabien Mirabaud, commissaire-priseur et associé de la maison de vente Mirabaud Mercier : lire l’article

Le saviez-vous ?

Comment redresser l’entreprise face au mur de la dette ? lire l’article / voir le replay

Nos webinars à venir

« Rumeurs et défaut de compliance : comment maîtriser ces risques ? »

Nos webinars passés

« Bad buzz, rétrospective 2020 »
par Emmanuelle Hervé et Nicolas Vanderbiest : voir le replay

« Licenciement et plan de départ volontaire : comment accompagner efficacement les salariés dans leur retour à l’emploi ? »
par Emmanuelle Hervé, Thierry d’Ornellas et Pierre-Yves Fabre : voir le replay

On parle de nous

Interview d’Emmanuelle Hervé dans le magazine Face au Risque

Nos offres communes

We Law Care : site internet

Restructuring Task Force

Les nouvelles du cabinet

EH&A accueille une nouvelle stagiaire : Elsa Bilong Hot

Pour lire la newsletter complète, cliquez ici : https://mailchi.mp/ee2e70954916/eha-newsletter-janv-fev-352409

Newsroom novembre – décembre 2020

CHAQUE MOIS EH&A CONSULTING VOUS ENVOIE SA NEWSROOM. AU PROGRAMME DE NOVEMBRE – DÉCEMBRE 2020

L’oeil de l’expert

Télétravail et nouveaux risques : lire l’article

Le saviez-vous ?

Ménager vos équipes de gestion de crise en temps de pandémie n’a jamais été aussi important ! : lire l’article

Nos webinars

« Redresser l’entreprise face au mur de la dette »
par Emmanuelle Hervé et Stéphane Roussier : voir le replay

On y sera

Commission Éthique et Conformité du CIAN : « Image et réputation, ne pas laisser filer la communication, le rôle du Compliance Officer »

On y était

Risk In 2020 : « Crisis communication, don’t fall into the trap » par Emmanuelle Hervé

AFJE 2020 : « Le rôle du directeur juridique au sein de la cellule de crise » par Emmanuelle Hervé : lire l’article

On parle de nous

Crise de E-réputation : un sujet hautement inflammable, que peut éteindre la « Task Force » créée par 3 experts : lire l’article

Notre métier vu de l’intérieur

L’analyse des risques au coeur de la gestion de crise

Les nouvelles du cabinet

Le cabinet fait peau neuve avec un nouveau logo et accueille une nouvelle stagiaire : Emma Marty

Pour lire la newsletter complète, cliquez ici : https://mailchi.mp/616499b253fc/eha-newsletter-sept-oct-352373

Newsroom septembre – octobre 2020

CHAQUE MOIS EH&A CONSULTING VOUS ENVOIE SA NEWSROOM. AU PROGRAMME DE SEPTEMBRE – OCTOBRE 2020 :

L’oeil de l’expert

Anticiper et gérer le risque cyber : lire l’article

La rencontre insolite d’Emmanuelle Hervé

Rencontre avec Raphaël Fachinetti, capitaine de frégate et Directeur du CEPPOL : lire l’article

On y était

Gestion des risques : Tirer des leçons de la crise du Covid-19 : voir le replay

On y sera

Risk-In 2020 : 100% online

L’AFJE propose pour la 10e année consécutive son rendez-vous formation aux juristes d’entreprise

On parle de nous

Cabinets d’avocats : la cible idéale des cyber-attaques : lire l’article

Notre métier vu de l’intérieur

Le phénomène du Black Swan est au coeur de la gestion de crise : lire l’article

Les nouvelles du cabinet

EH&A accueille un nouveau consultant et une nouvelle stagiaire : Pierre-Henri de Longcamp et Inès de Mandiargues

Pour lire la newsletter complète, cliquez ici : https://mailchi.mp/50610d72137f/eha-newsletter-sept-oct-2020

Newsroom rentrée 2020

CHAQUE MOIS EH&A CONSULTING VOUS ENVOIE SA NEWSROOM. AU PROGRAMME DE LA RENTRÉE 2020 :

L’œil de l’expert

L’Oréal face à ses contradictions : vendre des crèmes qui blanchissent la peau et démontrer son engagement éthique en supprimant les mots qui fâchent ! : lire l’article

La bataille pour la 5G : Comment naviguer dans la tourmente de la guerre économique : lire l’article

On parle de nous

Leçon de reprise n°4 : faire son « retex » de la crise du Covid-19 : lire l’article

EH&A Consulting et Eliott & Markus innovent en créant We Law Care : lire l’article

We Law Care : l’offre conjointe de Eliott & Markus et de EH&A : lire l’article

Le saviez-vous ?

5 règles d’or en cas d’attaque cyber par Frans Imbert Vier et Emmanuelle Hervé : lire l’article

Les nouvelles du cabinet

EH&A accueille une nouvelle stagiaire : Bochra

Pour lire la newsletter complète, cliquez ici : https://mailchi.mp/f91e878fb20c/eha-newsletter-avril-mai-2020-spciale-covid-352330