Crise 2.0

Comment réagir face au bad buzz ? Les recommandations EH&A

Le bad buzz du voisin : le concurrent en crise

Profiter des malheurs de son voisin n’est jamais bienvenu, la tolérance sociétale est faible pour ce genre de pratique. La seule posture admissible est la bienveillance. De plus, la crise du voisin aura un impact sur l’ensemble du secteur d’activité. Ainsi, les autorités et le public seront plus prompts à se méfier du secteur de la pétrochimie dans son ensemble, sans se souvenir distinctement que cette méfiance a été occasionnée par le cas Shell.

La réponse à la crise : ni juridique, ni marketing

Si la réponse trop juridique doit être à bannir, il faut également se méfier des initiatives marketing isolées qui peuvent avoir des conséquences désastreuses.

Repenser ses cibles de communication

Toutes les prises de positions clivantes vont forcément être contestées par l’un des deux camps : les novateurs ou les réactionnaires, vous ne pourrez convaincre tout le monde. S’il est impossible de communiquer vers ces opposants dogmatiques, réinventez vos interlocuteurs ! N’oubliez pas les parties prenantes silencieuses et faites de cette masse silencieuse un allié.

Aligner la communication … mais savoir s’adapter

Il faut prendre en compte les dimensions culturelles, au risque sinon de vexer tout un peuple et de perdre sa social licence to operate.

Transparence

Le décalage entre les pratiques réelles et le discours que l’on tente de mettre en place sur soi-même est extrêmement crisogène. Il est intéressant de réfléchir, dans tous les secteurs, à une pédagogie de son métier. A défaut le public se sent trahi quand il se rend compte qu’il habite à côté d’un site Seveso, ou que le pot de yaourt en verre n’est pas cuisiné par une jolie fermière.

Apprendre de ses erreurs, et de celles des autres

Apprendre des crises des autres et développer une culture du RETEX, pour capitaliser sur l’expérience commune.

En temps de paix

Se préparer, faire des exercices.

Les erreurs à éviter

  • Le déni « ce n’est pas grave »
  • Le bouc-émissaire « ce n’est pas moi, c’est »
  • La globalisation « il n’y a pas que moi »
  • Abonné absent « no comment »
  • Acceptation « oui, mais »
  • Victimisation « je ne savais pas, ce n’est pas ma faute »
  • La réponse légale « j’avais le droit de faire cela »
  • Le manque d’empathie « arrogance, mépris »
  • Minimisation « ça aurait pu être pire »

Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’étude des crises numériques par Nicolas Vanderbiest de Saper Vedere via ce lien: file:///C:/Users/toura/Downloads/Etude%20des%20crises%20num%C3%A9riques%202019.pdf

Fake-News : une lutte qui s’organise – Albin VERNHES

« Fake-news » est une appellation devenue très familière : pas une journée sans qu’on les nomme, d’autant plus dans cette période de crise des gilets jaunes. La diffusion de fausses informations est un problème qui affecte tous les pans de la société. En 2017, il a été élu « mot de l’année » par le dictionnaire Collins. La propagation de ces fausses informations semble aujourd’hui inarrêtable et incontrôlable. Pourtant la société commence à développer des outils et une prise de conscience face à ce problème.

Un combat loin d’être gagné mais qui n’est pas pour autant perdu.

READ MORE

Retour sur le « hijab » de Decathlon

Le 21 février 2019, le blog Al Kanz, spécialisé en économie islamique et actualités autour des musulmans, publie un article sur son site web, félicitant l’enseigne Decathlon pour la sortie sur son site français d’un “hijab de running”, couvre-chef à destination des femmes musulmanes désirant faire du sport. Les jours suivants, une polémique éclate et touche rapidement la sphère politique. La crise devient incontrôlable jusqu’au retrait par l’enseigne du produit.

Retour sur une gestion de crise aux origines multiples et conséquences incertaines.

READ MORE

Retour sur : le boycott de 2018 au Maroc #laisse_le_cailler

Au mois de mai 2018 nous analysions déjà, à chaud, le boycott d’avril au Maroc. 

Aujourd’hui, nous vous proposons un retour global sur ce phénomène : que s’est-il passé sur les réseaux sociaux au Maroc et quel impact cela a-t-il eu sur les entreprises visées ? Qu’est-ce que cela nous dit de la crise numérique ?

READ MORE

Réseaux sociaux et cours de bourse : du Bad Buzz au dévissage

Les réseaux sociaux sont devenus une composante incontournable de la gestion de crise des entreprises. Aujourd’hui l’œil de l’expert s’attarde sur la porosité entre les commentaires sur les réseaux sociaux et l’actualité de la cotation boursière d’une entreprise.

READ MORE

Des trolls au service de l’Etat

Au cœur de l’Asie, dans la péninsule indienne, une véritable guerre de la désinformation est menée. Dans ce pays, composé à 50% d’individus de moins de 25 ans, la maîtrise des réseaux sociaux est indispensable pour communiquer avec la population, mais aussi l’influencer. Le premier ministre indien, Narenda Modi, l’a bien compris.

READ MORE

La loi face aux fake news

La diffusion de fake news n’est pas un phénomène inédit, mais la multiplication des réseaux sociaux grâce au développement d’internet lui donne de plus en plus d’ampleur. En effet, mise en ligne sur un réseau social quelconque, une fake news va toucher davantage d’internautes, et ce, de plus en plus vite.

READ MORE

Gestion de crise & Fake news : les Fake news, un phénomène global qui touche aussi les entreprises.

Attention aux Fake news

Quand les réseaux sociaux font circuler de fausses informations

Aujourd’hui, les Fake news sont largement diffusées par les réseaux sociaux, nouveaux médias qui modifient les paradigmes de diffusion des informations. Ils témoignent d’une nouvelle rapidité et du besoin de vérifier davantage la véracité de l’information. Selon une enquête réalisée par l’institut Kantar, 73% des Français interrogés n’ont pas confiance dans les informations qui circulent sur les réseaux sociaux. Pendant les élections présidentielles, les Fake news étaient une arme des militants politiques, particulièrement prisée par la fachosphère mais pas que, on a vu à peu près tous les partis s’y essayer avec plus ou moins de bonheur.

READ MORE

Yves Saint Laurent face à ses affiches jugées « dégradantes »

 

Début mars, la célèbre maison de luxe, appartenant au groupe Kering, a été la cible d’une polémique pour une campagne d’affiches publicitaires, œuvre du duo de photographes de mode Inez et Vinoodh. Devant l’injonction de l’autorité de tutelle, elle les a retirées. Autopsie d’un « bad buzz » évitable.

READ MORE