Le saviez-vous ? L’astroturfing.

Le saviez-vous ? L’astroturfing.

Ni lié aux astres ou aux paris hippiques le terme « astroturfing » est une méthode de manipulation de l’opinion. Le Monde revient sur cette pratique activement employée par l’équipe d’Éric Zemmour chargée de sa campagne numérique. L’enquête du quotidien dévoile comment les militants de l’homme politique manipulent Twitter pour gonfler artificiellement la visibilité de leur candidat, et exposer des millions de Français à son message. Officiellement, cette méthode est interdite par Twitter. Loin d’être un cas isolé, le procédé est d’abord massivement employé par les marques qui l’utilisent dans leurs campagnes marketing dans l’objectif de créer l’illusion d’une approbation massive.

Le terme n’est pas nouveau. “AstroTurf”, mot tiré de la marque du même nom, signifie littéralement « gazon synthétique » en anglais. Il a été utilisé pour la première fois aux États-Unis en 1986 par le sénateur texan Lloyd Bentsen pour décrire un afflux de courriers à son secrétaire qui n’avaient selon lui pour autre but que de défendre les intérêts de compagnies d’assurance. À ces expéditeurs fantômes du siècle dernier ont succédé les faux comptes et les contributions générées par des robots sur Internet. On trouve des traces de la méthode plusieurs siècles en arrière notamment dans la pièce Jules César de Shakespeare : Caius Cassius Longinus écrit des fausses lettres à Brutus pour le convaincre d’assassiner César. Il ne suffit que de quelques « petites mains » coordonnées pour créer l’illusion de l’engouement. Le même message est frénétiquement partagé accompagné d’une image et d’un hashtag pour séduire les algorithmes.

12 Jul 1988 — Le candidat démocrate, le gouverneur Michael Dukakis, et son colistier, le sénateur Lloyd Bentsen (à droite), saluent les législateurs à la Chambre des représentants après que Dukakis ait présenté Bentsen lors d’une visite à la Chambre d’État.. — Image by © Bettmann/CORBIS

L’astroturf s’oppose au “grassroot”, le véritable gazon qu’on retrouve dans l’expression “grassroot movement”. Ce dernier terme signifie un mouvement populaire organisé localement et par lui-même pour soutenir ou défendre une cause. La méthode de l’astroturfing vise précisément à se faire passer pour un mouvement populaire.

Néanmoins, l’efficacité de la méthode est controversée étant donné qu’elle ne serait pas forcément rentable. Le Parti des 50 centimes illustre ce problème. Il s’agit de la plus grande communauté d’astroturfers du monde, présente en République Populaire de Chine. Elle comptait 300 000 membres en 2008. Le nom du parti des 50 centimes fait référence aux 50 centimes de Yuan que perçoivent les membres pour chaque message posté. Outre un aspect éthique discutable, la méthode représente donc un certain coût pour les entreprises. Si elle est reconnue pour créer le doute et diminuer la confiance d’une population, elle ne permettrait pas de convaincre pleinement.

La méthode est banale aux États-Unis, mais elle a été perçue comme révolutionnaire en Europe quand il a été révélé en 2009 que la “European Privacy Association” était sponsorisée par des entreprises du secteur technologique. Désormais, le procédé est répandu dans le monde entier et dans tous les domaines. Dans le domaine politique, Cécile Duflot en a fait les frais en 2019 quand elle a accusé publiquement Denis Baupin d’agression sexuelle. Dans la foulée de son témoignage, l’ancienne ministre du logement a reçu le même message injurieux relayé par des dizaines de comptes. Lors de la campagne du Brexit en 2016, Cambridge Analytica a mis en place certaines techniques de propagande que la société a réutilisée durant la campagne présidentielle de Donald Trump. L’événement démontre alors un véritable pouvoir d’influence de la méthode ; un pouvoir qui peut parfois se révéler dangereux.

Bing Liu, un expert en data mining de l’université de l’Illinois, estime qu’un tiers des commentaires sur Internet sont des faux (https://dubeat.com/2020/02/astroturfing-the-online-practice-which-isnt/). Cela rend la différenciation entre les véritables et faux messages difficiles et, par conséquent, les véritables mouvements populaires s’en retrouvent affaiblis. La méthode nous pose alors une question éthique et remet en cause l’utilisation d’Internet comme un forum de débats constructifs. Cette question éthique est largement posée dans le monde anglo-saxon (https://gigaom.com/2012/04/26/the-ethics-of-astro-turfing-sleazy-or-smart-business/). Plusieurs spécialistes du domaine militent alors pour une interdiction de la méthode perçue comme une menace tant elle facilite la manipulation de l’opinion publique.

Difficile à contrer et à prouver, quand l’astroturfing est dévoilé, le but recherché a déjà été atteint.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.